Originaire de la cote ouest indienne, la culture du poivre s’est vite développée dans tout le pourtour du sud-est asiatique. Epice de qualité d’une valeur très importante, le poivre fut dans l’histoire une monnaie d’échange jusque sur le continent européen. A partir du 16ème siècle, il attise les convoitises des européens dont les compagnies maritimes partent vers l’Orient pour se défaire des prix jugés prohibitifs des épices des réseaux commerciaux arabes et vénitiens. Produit de luxe, il devient au fil des siècles un met que l’on retrouve sur toutes les tables sa production augmentant. Si le premier exportateur de poivre est aujourd’hui le Vietnam, les poivres de grande qualité sont rares dans le monde. La région de Kampot jouit d’un climat parfait pour sa culture, le sol de latérite poreux est un terrain extrêmement favorable pour l’écoulement des eaux permettant de cultiver 4 types de poivre : le poivre vert (non exporté) à consommer sur place, le blanc, le rouge et le noir développant tous des arômes riches et diversifiés.


Depuis quelques années, le poivre de Kampot est devenu IGP international comparable à nos AOC en France. Résolument tournés vers un développement à long terme, les producteurs ont l’ambition de mettre l’accent sur la qualité de la production représentée avec le label « poivre de Kampot ». Le but est développer l’image de ce terroir riche et unique envers les clients et les plus grands restaurants du monde.

Dans la petite ville provinciale de Kampot, havre de paix au charme certain pour les visiteurs, vous dégusterez une cuisine étonnante mélangeant tradition culinaire cambodgienne et certains aspects de la cuisine française.